Notre sélection de lodges en Nouvelle-Zélande

Construisez votre voyage en Nouvelle Zelande avec nos partenaires

AERIEN

compagnie-aerienne-afrique-du-sud-mister-lodge

AGENCE LOCALE

agence-locale-receptif-nouvelle-zelande-mister-lodge

ASSURANCE

assurance-voyage-afrique-du-sud-mister-lodge

VOITURE

voiture-location-afrique-du-sud-mister-lodge

TOURISME

office-tourisme-nouvelle-zelande-mister-lodge

METEO

meteo-nouvelle-zelande-mister-lodge

NEWS

infos-nouvelle-zelande-mister-lodge

SANTE

vaccin-sante-nouvelle-zelande-mister-lodge

Video Nouvelle Zelande

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded.
I Accept

Video Minaret Station Alpine Lodge

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded.
I Accept
WELLINGTON METEO
lodge-nouvelle-zelande

La Nouvelle-Zélande, est un pays d’Océanie, au sud-ouest de l’océan Pacifique, constitué de deux îles principales (l’île du Nord et l’île du Sud), et de nombreuses îles beaucoup plus petites, notamment l’île Stewart et les îles Chatham. Située à environ 2 000 km de l’Australie dont elle est séparée par la mer de Tasman, la Nouvelle-Zélande est très isolée géographiquement. Cet isolement a permis le développement d’une flore et d’une faune endémiques très riches et variées, allant des kauri géants aux insectes weta en passant par les kaponga et le kiwi, ces deux derniers étant des symboles du pays.

L’histoire de ce pays est l’une des plus courtes du monde, car il s’agit d’un des derniers territoires découverts par l’Homme : en effet les Maori y sont arrivés entre 1050 et 1300, tandis que les Européens y débarquèrent en 1642. De 1788 à 1840, les îles de Nouvelle-Zélande font officiellement partie de la Nouvelle-Galles-du-Sud, le territoire devient par la suite une colonie britannique à part entière le 6 février 1840 — jour de la fête nationale néo-zélandaise — avec la signature du traité de Waitangi. La Nouvelle-Zélande devient indépendante le 26 septembre 1907 en devenant un dominion, puis accède à la pleine souveraineté en 1947avec la ratification du Statut de Westminster de 1931. Elle maintient de forts liens avec le Royaume-Uni, ainsi qu’avec l’Australie (pays anglo-saxon le plus proche et partageant une partie de son histoire).

La Nouvelle-Zélande est depuis son indépendance une monarchie parlementaire, et est membre du Commonwealth of Nations. Le pouvoir politique est détenu par le Parlement démocratiquement élu. La langue nationale est l’anglais, mais la langue des signes et le māori ont également un statut officiel, bien que peu utilisées. La capitale est Wellington et la plus grande ville Auckland. La monnaie est le dollar néo-zélandais. La population, estimée à environ 4 millions d’habitants en 2013, est majoritairement d’origine européenne, tandis que les Māoris forment la minorité la plus nombreuse. Les non-Māoris d’origine polynésienne, ainsi que lesAsiatiques, représentent également d’importantes minorités.

À l’instar des politiques économiques qui ont eu lieu dans de nombreux pays anglo-saxons comme le Canada, l’Irlande ou l’Australie depuis les années 1990 (caractérisés par une politique favorable à la libéralisation de l’économie), la Nouvelle-Zélande connaît à son tour une période similaire depuis la fin des années 2000. Entre 2008 et 2011, alors que la conjoncture économique mondiale était mauvaise, la Nouvelle-Zélande a enregistré une progression record de son indice de développement humain, passant de la 21e à la 3e place du classement mondial, derrière la Norvège et l’Australie, faisant suite à une courte période de récession.

La Nouvelle-Zélande est composée de deux îles principales, l’île du Nord et l’île du Sud, et de nombreuses autres plus petites, certaines d’entre elles étant même assez éloignées, près du centre de l’hémisphère maritime. La superficie totale est de 268 680 km2 en incluant les îles des Antipodes, les îles Auckland, les îles Bounty, les îles Campbell, les îles Chatham, les Tokelau et les îles Kermadec, soit un peu moins que l’Italie ou la Pologne, et un peu plus que le Royaume-Uni. Le pays s’étend sur plus de 1 600 km sur son axe nord-nord-est et possède 15 134 km de côte. Parmi les autres îles habitées, les plus importantes sont l’île Stewart (au sud de l’île du Sud), l’île Waiheke (dans le golfe de Hauraki), l’île de la Grande Barrière (à l’est dudit golfe), les îles Chatham (à l’est de l’île du Sud) et les Tokelau (au Nord des Samoa).

L’île du Sud (South Island) est la plus grande ; elle est partagée dans toute sa longueur par les Alpes du Sud (Southern Alps), dont le point culminant est le mont Cook avec ses 3 754 mètres d’altitude. Le mont Cook mesurait 3 764 mètres, mais un glissement de terrain a raboté son sommet de dix mètres le . Elle possède dix-huit sommets supérieurs à 3 000 mètres.

L’île du Nord (North Island) est quelque peu montagneuse, mais marquée par le volcanisme et une activité géothermique. Son point culminant, le mont Ruapehu (2 797 m), est d’ailleurs un volcan en activité. Les paysages tourmentés et étranges de la Nouvelle-Zélande lui ont valu l’intérêt des studios de cinéma et de télévision ; son industrie du tourisme a vu un intérêt accru pour le pays après la sortie des films du Seigneur des anneaux, réalisés par Peter Jackson, lui-même néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande possède d’énormes ressources marines : sa zone économique exclusive est la septième plus grande du monde et recouvre quatre millions de kilomètres carrés, soit plus de quinze fois la taille de sa superficie terrestre. Le pays est parsemé de lacs, particulièrement l’île du Sud, avec notamment le lac Te Anau (344 km2), mais le plus grand est le lac Taupo, dans l’île du Nord, avec 616 km2. L’eau (y compris les rivières, fleuves, lacs et glaciers) recouvre 659 km. Parmi les cours d’eau les plus importants, on peut citer le Waikato, dans l’île du Nord, plus long fleuve du pays et dans l’île du Sud, le Clarence et le Waimakariri.

La Nouvelle-Zélande est isolée géographiquement. Son plus proche voisin, l’Australie, est situé à 2 000 km au nord-ouest. Les autres terres les plus proches sont le continent Antarctique au sud, la Nouvelle-Calédonie, les Fidjiet les Tonga au nord. Elle fait partie d’un continent appelé Zealandia, à 93 % submergé. Zealandia fait presque la moitié de la taille de l’Australie et est remarquablement longue et étroite. Il y a environ 25 millions d’années, un changement dans les mouvements des plaques tectoniques a commencé à étirer Zealandia avec force. Parmi les régions submergées de Zealandia, on trouve le plateau de Lord Howe, le plateau Challenger, le plateau de Campbell, la ride de Norfolk et le plateau de Chatham.

La Nouvelle-Zélande fait partie de la Polynésie et constitue l’angle sud-ouest du « triangle polynésien ».

La température moyenne quotidienne à Wellington — la capitale, au centre du pays — est de 5,9 °C en hiver et 20,2 °C en été. Le climat de la Nouvelle-Zélande est globalement tempéré, océanique sur la majeure partie du pays ; les températures oscillent entre 0 °C et 31 °C. Les maxima et minima historiques sont 42,4 °C à Rangiora (Canterbury), et -21,6 °C à Ophir (Otago), respectivement17. Les conditions climatiques varient beaucoup selon les régions, de très humide dans la région de West Coast sur l’île du Sud à semi-aride dans le bassin de Mackenzie de l’intérieur du Canterbury et subtropical humide au Northland18. Des principales villes du pays, Christchurch est la plus aride, ne recevant que 640 mm de précipitations par an, tandis qu’Auckland, la plus humide, reçoit presque le double. Auckland, Wellington et Christchurch ont toutes une moyenne annuelle de 2 000 heures de soleil.

Avant l’arrivée récente de l’homme (entre 1050 et 1300) et des animaux introduits par l’homme, la faune de l’archipel de la Nouvelle-Zélande ne comptait que deux espèces de mammifères non marins, des chauves-souris, et aucun mammifère prédateur.

Les prédateurs dominants étaient donc des oiseaux, parmi lesquels l’Aigle géant de Haast était le plus imposant. De par l’absence quasi totale de mammifères, leurs proies étaient également des oiseaux. L’Aigle de Haast chassait des proies pouvant peser de 60 à 100 kg, parfois même jusqu’à 200 kg. En raison de son long isolement du reste du monde et à sa biogéographie insulaire, la Nouvelle-Zélande abrite une faune et flore très particulière. Environ 80 % de la flore n’existe que dans le pays, dont plus de quarante genres endémiques. Des 70 000 espèces terrestres du pays, seulement environ 30 000 ont été décrites. Il y a 3 090 plantes, 5 800 champignons, 10 000 insectes, 2 600 arachnides, 61 reptiles et 336 espèces d’oiseaux (dont 64 espèces endémiques).

L’insularité a protégé cette faune et flore pendant des siècles jusqu’à l’arrivée des humains et des animaux qui voyageaient avec eux. Les Māoris ont apporté avec eux le chien polynésien (kuri) et la souris polynésienne (kiore). La seconde vague d’immigration mit fin à l’insularité de la Nouvelle-Zélande. La multiplication des échanges entre l’Europe, l’Australie et la Nouvelle-Zélande a permis la propagation d’espèces nouvelles, dont certaines invasives. Aujourd’hui parmi les espèces introduites on trouve 33 mammifères, 33 oiseaux, 1 lézard, trois grenouilles, 20 poissons d’eau douce, environ 1 000 invertébrés et environ 6 000 plantes (dont 2 000 plantes fleurissant à l’état sauvage).

Pour enrayer la perte de biodiversité en Nouvelle-Zélande, le Department of Conservation protège environ 30 % du territoire. Ce chiffre est considérable, mais il doit être relativisé et ce pour deux raisons : tout d’abord, la Nouvelle-Zélande est peu peuplée et, d’autre part, la plupart de ces territoires se situent au sud, de sorte que le DoC évite ainsi les conflits d’usage avec les utilisateurs du territoire. Ces mesures associées à des programmes de recherche très ambitieux commencent à porter leurs fruits.

Avant l’arrivée des humains environ 80 % des terres étaient recouvertes de forêt. Les deux principaux types de forêt qu’on rencontre aujourd’hui sont celles peuplées majoritairement de podocarpes et/ou de kaoris géants, et dans les régions à climat plus frais par les Nothofagus, genre d’arbres proche des hêtres de l’hémisphère nord. Les autres types de végétation sont celles des plaines et des régions subalpines, ainsi que les arbustes entre les plaines et les forêts. Les fougères du pays sont également très connues (une espèce, Cyathea dealbata, étant devenue symbole du pays ainsi que de son équipe nationale de rugby à XV) de même que les étonnantesmégaherbes des îles sub-antarctiques du pays.

Les forêts furent autrefois habitées par diverses espèces de mégafaune, dont plusieurs oiseaux incapables de voler, comme le moa.

Aujourd’hui plusieurs autres oiseaux, dont le kiwi, le kakapo et le takahé, sont en danger d’extinction. Il y a d’autres oiseaux notables : l’aigle géant de Haast (éteint), le nestor superbe (kākā en māori), le kereru et le kéa. Lesreptiles sont représentés par les scinques, les geckos, et les tuataras. Il y a également quatre espèces de Leiopelma et une seule espèce d’araignée venimeuse, la katipo, rare et habitant les régions côtières ; il n’y a aucune espèce de serpent en Nouvelle-Zélande.

Il y a beaucoup d’espèces endémiques d’insectes, dont une, le weta, peut devenir aussi grande qu’une souris et représente l’espèce d’insecte la plus lourde du monde. Quant aux 29 espèces de poisson, 90 % sont endémiques et sont pour la plupart petites et discrètes ; seulement trois font plus de deux kilogrammes : deux espèces d’anguille et le kokopu géant (une autre grande espèce, le grayling, s’est éteinte au début du xxe siècle).

On a longtemps pensé que, à part trois espèces de chauve-souris dont une est éteinte, il n’y avait jamais eu de mammifères terrestres dans le pays. Toutefois, en 2006, des scientifiques ont trouvé des os appartenant à un animal terrestre éteint depuis longtemps, de la taille d’une souris, dans la région d’Otago sur l’île du Sud.

Misterlodge.fr a sélectionné pour vous les meilleurs lodges, ecolodges, gîtes, cabanes, bungalows, paillotes, lieux insolites existant actuellement en Nouvelle-Zélande.